Cake salé sans plv

Il y a quelques temps, nous avons fait un pic-nic avec des amis. Je voulais un truc simple à manger mais qui soit aussi zéro déchet. J’ai donc opté pour une salade en bocal et des muffins salés aux poivrons…

Voici la recette ultra simple de la base :

  • 225g de farine de blé (T65 ouT110)
  • 25g de farine de pois chiche ou châtaignes ou chanvre
  • 1 cuillère à café de poudre à lever ou bicarbonate
  • 220ml de lait végétal au choix
  • 75g d’huile neutre (par exemple huile pour cuisson type colza+tournesol)
  • 1 cuillère à café de sel
  • Poivre

Idées de garnitures :

  • Poivrons, olives, thym, feta
  • Oignons, serpolet, miel
  • Tomates séchées
  • Noix et roquefort
  • Olives
  • Saumon fumé et ciboulette
  • Pignon de pin, basilic et Pecorino râpé
  • Fromage râpé de chèvre et lardons

Préparation :

  1. Faites chauffer le four à 180 degrés.
  2. Mélangez les farines, la poudre à lever le sel et le poivre.
  3. Ajoutez le lait et l’huile et mélangez
  4. Ajoutez les éléments de la garniture et mélangez.
  5. Versez dans des moules à muffins huilés ou un moule à cake huilé (remplir au 3/4 maximum).
  6. Enfournez 20 minutes pour les muffins et 45 minutes pour un cake.

Bon app’!

Publicités

Sirop de menthe maison

Dans la lignée du zéro déchet et du Sud à l’industriel, je demande les petits rafraîchissements de l’été…

Et j’ai commencé par une recette toute simple que vous trouverez d’ailleurs en tapant tout simplement dans Google, j’ai nommé le sirop de menthe.

C’est vraiment vraiment tellement bête à faire que vous n’achetez plus jamais de sirop Teisseire !

Pour 1l de sirop, il vous suffit d’un bouquet de menthe fraîche (0.5€ au marché), de 600 grammes de sucre et 60 centilitres d’eau… Nous sommes donc bien loin des 4,50 € le bidon de 750 mL bourré de colorants et de conservateurs!

Laver la menthe. Mettre les feuilles dans une casserole avec l’eau et le sucre. Porter à ébullition. Bouillir 10 minutes, laisser refroidir, filtrer et mettre dans une bouteille en verre.

Déguster bien frais, exactement comme un sirop traditionnel (1 volume de sirop pour 5 à 7 volumes d’eau)

Alors, par contre, vu qu’on parlait de zéro déchet, j’ai employé quelques tiges, en y laissant quelques feuilles pour refaire un plant de menthe, le nôtre, n’ayant pas survécu à l’hiver dernier. Le reste, je l’ai mis en pot pourri, avec des écorces de citron dans un peu de vinaigre pour parfumer mes produits nettoyants 😉

Quant aux feuilles filtrées, je les employées pour parfumer un thé (en même temps, ça l’a sucré et ça a rincé les feuilles) puis, direction le compost…

Ça tient au corps!

Février, le mois le plus froid… Vous avouerez qu’on a bien envie d’une bonne tartiflette ou d’une bonne raclette ou encore des carbonnades de nos grands-mères…

Je vous propose ici un plat que faisait mon arrière-grand-mère et qui nous vient de la cuisine médiévale, dans le nord de la France, la Belgique, la Hollande et l’Allemagne, avec des variantes régionales. Il s’agit du hochepot, une soupe repas à base de viande, de choux et de pommes de terre.

L’idéal est de le préparer plusieurs heures à l’avance dans une grande cocotte en fonte et de le laisser mijoter à petit feu sur le poêle à bois.

Un plat économique, chaud, réconfortant et prêt à l’avance… Le parfait combo pour les dimanches enneigés 🙂

Ingrédients

  • 8 petites pommes de terre
  • Un chou vert
  • 400g lard fumé ou un jambonneau fumé
  • 4 grosses saucisses (éventuellement fumées)
  • 8 grosses carottes
  • 2 gros oignons
  • 1 à 3 gousses d’ail selon votre goût
  • Sel poivre thym laurier

Préparation

  1. Épluchez et coupez les oignons et coupez le lard en gros lardons.
  2. Dans une grande casserole, mettez le lard fumé à chauffer doucement avec les saucisses et les oignons.
  3. Pendant ce temps, éplucher les pommes de terre et l’ail, coupez les carottes en tronçons d’environ 3 cm et le choux vert en lanières.
  4. Une fois que les saucisses et le lard commencent à dorer, ajoutez les légumes, l’ail et les pommes de terre, couvrez d’eau et ajoutez du poivre, du thym et du laurier.
  5. Portez à ébullition. Dès que ça bout, diminuez le feu au minimum ou mettez la casserole sur le poêle à bois pour faire mijoter doucement. Rectifiez l’assaisonnement en ajoutant au besoin du sel, du poivre ou tout autre épice de votre choix.
  6. Laissez mijoter encore au minimum 1h30 à feu très doux.
  7. Servir bien chaud avec le bouillon de cuisson.

NB: vous pouvez mettre d’autres légumes si vous n’aimez pas le choux: navets, poireaux, choux de Bruxelles,

Bon appétit!

Salaisons maison

Même si nous essayons de réduire notre consommation de viande, nous sommes de grands fans de bonnes salaisons : Lomo, coppa, viande des grisons…

Seulement voilà, ce genre de charcuterie fine est souvent hors de prix et bourrée de saloperie, dont le fameux sel nitrité, cancérigène avéré dont le rôle est juste de donner une belle couleur…

« Et avec votre jambon, je vous mets un petit cancer du côlon ? » Mmmmmiam!

Du coup, on n’en mangeait plus… Mais ça nous manquait un peu… Puis, j’ai commencé à faire des fouilles sur le net et ça n’avait pas l’air compliqué. J’ai donc testé un Lomo maison. Pour les photos, il va falloir attendre un peu, parce que le premier essai a été tellement concluant qu’il a été dévoré avant même d’être totalement sec…

Depuis, on a remis du porc et du canard à sécher, et le bœuf dégorge encore dans le sel…

Ça y est, je vous ai mis l’eau à la bouche ? Voici la recette !

Il vous faut

– du gros sel

– des tupperware

– des grands essuies en coton propre qui ne sentent pas l’adoucissant ou la lessive (à moins qu’une coppa au Soupline vous tente…😅)

– de la viande (bœuf, porc, canard, mouton…)

– des épices (poivres, herbes, piment d’Espelette, paprika, tandoori)

– de la ficelle de cuisine

– de la place dans une cave à max. 14-15°C ou dans le bac à légumes du frigo.

Commencez par nettoyer la viande à l’eau claire et par la sécher. Mettez la dans un tupperware sur un lit de gros sel et couvrez intégralement la viande de sel. Fermez et laissez dégorger au frais (frigo). Le temps varie selon le type de viande

Comptez:

  • 15h pour du canard
  • 12-18h pour du porc
  • 36h pour du bœuf

Si vous laissez plus longtemps, la viande sera plus salée. Moins longtemps, le séchage sera plus long et il y a des risques de moisissures…

Ensuite, sortez la viande du sel. Lavez la pour la débarrasser des grains de sel, épongez soigneusement dans un essuie propre et sans odeur. Et roulez la viande dans les épices de votre choix.

Ici, j’ai fait canard au poivre noir, Lomo au paprika et piment d’Espelette et bœuf aux herbes de Provence.

Ensuite, enroulez dans un linge en coton propre et sans odeur et ficelez le tout.

Puis vient la partie la plus difficile, celle où il va vous falloir de la patience ! Oubliez votre préparation pendant 4 à 6 semaines dans un endroit frais (cave sèche, ou à défaut, le bac à légumes du frigo. T° max 14°C)

UPDATE : Voici notre Lomo maison :

Bonne dégustation !

Mousse au chocolat et à la noix de coco

Un bon dessert, vite fait, bien fait et sans produits laitiers? Facile!

Je vous propose la recette de ma mousse choco-coco ultra légère et rapide 🙂

mousse chocolat coco.jpg

Ingrédients (pour 6 à 8 mousses)

  • 150g de chocolat noir*
  • 200ml de crème de coco
  • 4  blanc d’œufs
  • 2 jaunes d’oeufs
  • 1 cuillère à soupe de poudre de cacao pur (optionnel)
  • 2 cuillères à soupe de sucre de canne non raffiné
  • noix de coco râpée

*Le chocolat noir de la marque Jacques ne contient pas de lait, contrairement à la plupart des chocolats noirs desserts. En cas d’allergie ou d’intolérance au lait de vache, pensez à vérifier que votre chocolat n’en contienne pas 😉

Préparation

  1. Faire fondre le chocolat noir au bain-marie
  2. Dans un plat, mélanger le sucre et les 2 jaunes d’œufs et fouetter énergiquement pour faire blanchir le mélange.
  3. Ajouter ensuite la crème de coco et mélanger.
  4. Ajouter le chocolat et mélanger jusqu’à obtention d’un mélange bien lisse
  5. Battre les blancs d’œufs en neige très ferme.
  6. Incorporer délicatement les blancs d’oeufs au mélange coco-choco à l’aide d’une spatule.
  7. Réserver au frais pendant minimum 2 heures.
  8. Décorer avec une pincée de noix de coco et déguster

Copyright © Happy’pottam Familly 2015-2017
Les textes, photos et vidéos présentés sur ce blog sont la propriété exclusive de leurs auteurs et ne peuvent être reproduit entièrement ou partiellement sans l’accord écrit des auteurs. Tout droits réservés. 

Légumes grillés à l’ail et à la canelle, Pilaf d’orge perlé au soja

Ce soir, c’était souper végétalien! Et pourtant équilibré et savoureux 🙂
Bon, c’est un souper qui demande un peu d’organisation car il faut faire tremper le soja minimum 4 heures à l’avance, mais sinon, c’est d’une simplicité déconcertante 😉 Et en plus ca s’adapte facilement aux légumes de saison, donc top niveau budget 😉

legumes-grilles-et-pilaf-dorge-perle-au-soja

Ingrédients (4 personnes)

  • 4 grosses carottes
  • 2 gros oignons
  • 1/4 de butternut
  • 1 gros panais
  • 2 gousses d’ail
  • 1 verre de graines de soja
  • 1 verre d’orge perlé
  • sel, poivre
  • cannelle
  • curcuma
  • huile d’olive

Préparation

  1. La veille au soir (ou au minimum 4h à l’avance), mettre le soja à tremper dans un grand bol d’eau fraîche
  2. Le jour même, égoutter le soja et le mettre à cuire dans un grand volume d’eau légèrement salée. pendant 30 minutes. Après 30 minutes rajouter l’orge et 2 grands verres d’eau. Continuer la cuisson à feu doux. Égoutter et réserver.
  3. Laver et éplucher le panais, les carottes, les oignons, le butternut et l’ail. Découper le panais et les carottes en fines rondelles, les oignons en fines tranches et le butternut en fines lamelles.
  4. Presser l’ail dans un grand verre d’huile d’olive. Cette huile servira pour la cuisson des légumes.
  5. Dans une poêle, mettre 2-3 cuillères à soupe de l’huile à l’ail. et faire griller les légumes à feu vif par petites quantités en rajoutant de l’huile. Les légumes doivent griller légèrement. Mettre chaque fournée dans un plat résistant au four.
  6. Repasser l’ensemble des légumes dans la poêle en mélangeant bien. Ajouter sel, poivre et un peu de cannelle. Mettre le tout dans le plat, au four à 150°C avec le reste de l’huile d’olive pendant une vingtaine de minutes.
  7. Dans la poêle, mettre le mélange orge-soja, un peu d’huile avec un oignon coupé en petits morceaux. Saler, poivrer et ajouter un peu de curcuma. Faire revenir à feu vif dans la poêle jusqu’à ce que le mélange dore.
  8. Servir les légumes avec le pilaf.

Bon appétit

 

Les plus nutritionnels

Le soja apporte des protéines, mais aussi du potassium, du phosphore, du magnésium, du calcium, du zinc et des vitamines A et B. Il est riche en isoflavones réputées pour aider à diminuer le mauvais cholestérol et pour à protéger le capital osseux.

L’orge perlé avec son index glycémique bas est excellent pour la santé. Il apporte des fibres (contrairement à l’orge mondé, on a préservé le son de l’orge) et des minéraux.

 

Copyright © Happy’pottam Familly 2015-2017
Les textes, photos et vidéos présentés sur ce blog sont la propriété exclusive de leurs auteurs et ne peuvent être reproduit entièrement ou partiellement sans l’accord écrit des auteurs. Tout droits réservés. 

 

 

Les pains des petits et des grands jours…

Aujourd’hui, j’ai beaucoup cuisiné: mes airelles et mes oranges séchées, du liniment pour les fesses de Petit’Potam, des pancakes, des pâtes… et du pain!

Alors, aujourd’hui on a fait les 2 recettes de pain: celui qui prends tout son temps pour lever et sa version express livrée par le blog Papa en Cuisine.

Le pain express à la poêle

Ingrédients
400 g de farine
1 sachet de levure chimique
25 cl d’eau tiède
1 cc de sel
Instructions
Mélanger la farine, le sel et la levure. Ajouter l’eau et mélanger jusqu’à la formation d’une boule souple mais qui ne colle pas aux doigts. Si la pâte colle, rajouter un peu de farine.
Séparer la pâte en petite boule de 5 cm de diamètre environ. Aplatir sur une hauteur de 1 cm et les passer ¾ minutes de chaque côté dans un peu d’huile bien chaude.

Cette version express se décline à l’infini: avec des noix, des raisins, des perles de sucre, des graines, de l’ail, du miel, du chocolat, du fromage, de la tomate….

Le pain Cocote

Celui-ci prend tout son temps. Mais il ravira les enfants qui pourront aider pour le pétrissage.

En ce qui me concerne, j’ai un robot de cuisine ce qui me permet d’économiser un peu de temps. Cependant, je ne l’emploie que pour le frasage et le pétrissage. Je n’aime ni le gout, ni la texture, ni la forme du pain cuit en machine. Une fois ma pâte pétrie et levée une première fois, je la repétri à la main, puis j’emploie une cocotte en fonte pour la dernière levée et la cuisson.

Chez nous le pain est souvent sujet à débat: moi adepte du pain complet et des céréales, et fervente défenseure du pain à la mie dense et Papa’Potam adepte du pain blanc très aéré…
Trouver un compromis s’est donc avéré plutot rodéo…

Voici donc notre recette:

Ingrédients

400 ml d’eau tiède
750g de farine 3cereales du Moulin Bare (épeautre, seigle, froment)
5 cs d’huile
2cs de miel
15g de levure de boulangerie fraîche
1 cc de sel

Optionnel :

100g de muesli
100g de mélange de graines et noix (tournesol, lin, pavot, courges, pignons de pin, raisins secs, brisures de noix)

Préparation

  1. Diluer la levure fraîche et le miel dans l’eau tiède(30°c).
  2. Mettre la farine et le sel dans le robot et mélanger. Ajouter le mélange eau – levure – miel petit à petit, ainsi que l’huile. Puis, une fois le mélange homogène, ajouter les graines et les noix.
  3. Laisser lever au moins une bonne heure à l’abri des courants d’air sous un torchon humide. La pâte doit doubler de volume.
  4. Pétrir à nouveau et former une boule. Huiler et fariner le fond de la cocotte, y déposer la boule de pâte. A l’aide d’un couteau, inciser le dessus. humidifier et fariner le dessus de la boule.
  5. Fermer la cocotte. Mettre au four pendant environ 35 minutes à 220°C.
  6. Enlever le couvercle, jeter un peu d’eau dans le fond du four pour faire un dégagement de vapeur dans le four et laisser cuire encore 20-30 minutes.

Pour savoir si le pain est cuit, taper dessus avec une cuillère en bois. Un pain bien cuit sonne creux 🙂

Bon app’! 🙂

Copyright © Happy’pottam Familly 2015-2017
Les textes, photos et vidéos présentés sur ce blog sont la propriété exclusive de leurs auteurs et ne peuvent être reproduit entièrement ou partiellement sans l’accord écrit des auteurs. Tout droits réservés.

Peau d’orange!

Ce soir, je vous parle peau d’orange! Non pas celle contre laquelle nous luttons parfois sur nos cuisses, mais bien celle – délicieuse – des fruits 🙂

Hé oui, il n’y a pas de petites économies, et le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas. J’ai donc décidé de mettre à profit la peau des merveilleuses oranges bio achetées à la Ferme de la Tour à Saint-Marc.

Pour ce faire, j’ai fait 4 choses: De la poudre de zeste seché, du sirop, des orangettes et de l’orange confite et séchée pour agrémenter mes cakes et mes granolas

La poudre de zeste seché

J’avais récupéré au marché 2 paquets d’airelles dont je pensais faire de la confiture, puis je me suis avisée que ca serait encore meilleur séché, dans des biscuits et des granolas… Et pour rentabiliser le bidule, j’en ai profité pour sécher mes peaux d’orange. Mon four a donc bien chauffé cet après-midi.

Alors autant vous dire tout de suite, le mieux est de faire ça dans un déshydrateur. Mais bon, faute de grives, on mange des merles… Et faute de déshydrateur, ben on fait au four.

J’ai testé 2 méthodes.

La première consiste à prélever juste la partie orange de l’écorce avec un zesteur. Mais je trouve cette méthode beaucoup moins économique, vu qu’il y a des pertes. et surtout, le résultat est beaucoup moins parfumé.

L’autre méthode, plus intéressante, consiste à éplucher votre orange avant de la manger et à mettre les peaux au four en petits morceaux.

Il vous faut compter entre 3 et 5 heures selon votre four. Ici, j’ai mis un peu plus de 4 heures, température environ 60°C sur chaleur tournante. La peau doit être bien sèche et dure afin de pouvoir la réduire en poudre ensuite.

Une fois sec, je passe au robot mixeur jusqu’à obtention d’une poudre fine que je pourrais employer dans les biscuits, les gâteaux, les yaourts, les sauces, les granolas….

Vous pouvez aussi garder une partie que vous couperez en petits morceaux pour aromatiser vos thés et tisanes.

Dans tous les cas, conservez cela dans un pot en verre soigneusement fermé pour préserver les arômes 😉

Le sirop, les orangettes et les oranges confites

Alors ici, on fait d’une pierre trois coups! Couper l’écorce d’orange bio en lanières de 4-5mm de large. Dans une casserole, couvrir d’eau et ajouter le même poids de sucre que l’eau (donc si vous mettez 10cl d’eau, il faut 100g de sucre… Pour 2 oranges, j’etais aux alentours de 25cl et de 250g de sucre) et porter a ébullition pendant environ une heure jusqu’à ce que les écorces soient bien tendre. Égoutter les écorces au dessus un bol pour garder le sirop.

Le sirop récupéré peut être mis directement en bouteille pour parfumer de l’eau, du lait végétal (dans un cacao chaud au lait de riz, c’est absolument divin ^^) ou des patisseries et des desserts. Pour les grands, le sirop peut aussi être employé pour créer des cocktails ou parfumer du rhum, du gin, de la vodka… 😉

Pour confectionner les orangettes, il vaut mieux laisser les écorces égoutter 8 à 12h, sans quoi le chocolat va se mélanger au sirop qui reste et n’adhérera pas correctement. Si vous êtes trop impatient, vous pouvez aussi passer les écorces une vingtaine de minutes au four à chaleur tournante à 50° – 60°C. Dans une petite casserole – ou mieux, au bain-marie – faire fondre du chocolat noir (Ici j’ai choisi le chocolat noir de noir Jacques qui est sans lait vu que notre petit’pottam est allergique au lait…). Tremper les écorces dans le chocolat et laisser refroidir au frais. Éventuellement, vous pouvez répéter l’opération pour une couche de chocolat plus épaisse 😉

Pour les écorces confites séchées, j’ai simplement pris la partie des écorces confites qui restait, que j’ai coupé en petits cubes et que j’ai laissé secher au four en chaleur tournante à 50°-60° pendant un peu moins d’une heure. Pour les garder moelleuses, il est important de surveiller le séchage. Ces petits cubes seront parfait dans un cake, des madeleines ou dans un granola… Ou juste comme petite friandise ^^

 

Evidemment, cela fonctionne aussi avec le citron, la clémentine, le pamplemousse, la bergamote, le pomelo… Assurez-vous cependant de n’employer que des agrumes bio sans quoi, vous risquez bien d’aromatiser vos gâteaux aux pesticides… 😉

Bon appétit!

 

Copyright © Happy’pottam Familly 2015-2017
Les textes, photos et vidéos présentés sur ce blog sont la propriété exclusive de leurs auteurs et ne peuvent être reproduit entièrement ou partiellement sans l’accord écrit des auteurs. Tout droits réservés.